Le Test De L Univers

Grand prix parisien de fibres Top 20 des erreurs des joueurs de vie et d'amour

On peut faire de la connaissance selon l'existence d'un fait la conclusion sur l'existence ou d'un autre fait ou d'autres faits. Toute l'activité judiciaire est dirigée pour éclaircir l'aspect practique de l'affaire, i.e. comparer et analyser le rapport entre uns faits connus la cour et d'autres faits étant passibles de l'établissement.

La classification des informations sur les faits et les moyens de l'établissement de la preuve. Puisque les informations sur les faits sont le contenu de la preuve, et les moyens de l'établissement de la preuve par leur forme, la classification peut être employée vers ceux-là, et vers les autres.

Les déclarations testimoniales - un des aspects les plus anciens des moyens de l'établissement de la preuve. Leur authenticité est conditionnée par l'aspiration naturelle de la personne à dire la vérité. Faire les dépositions sincères - il est plus facile, qu'intentionnellement de déformer la réalité. Les déclarations fausses est toujours "la légende", qu'il faut inventer, construire. Il faut retenir les déclarations fausses, et en cas de nécessité répéter, sans tomber dans les contradictions. Les informations déformant intentionnellement la réalité, ne peuvent jamais prévoir et refléter toute sa diversité. C'est pourquoi les déclarations testimoniales se rapportent au nombre des moyens les plus répandus de l'établissement de la preuve et, malgré la possibilité de leur falsification en vertu des raisons accidentelles ou intentionnelles, peuvent être le moyen authentique de l'établissement de la vérité.

Ainsi, la personne, présentant l'acte instrumentaire ou intercédant pour son exigibilité, est engagée à indiquer, quelles circonstances ayant une importance pour l'affaire, peuvent leur être établies. La même règle agit en ce qui concerne les déclarations testimoniales, les pièces à conviction.

Le procès de l'établissement de la preuve se forme de trois directions de l'activité évidente, que nous analysons dans la succession correspondante en vue de que toutes ces directions sont indissolublement liées.

La classification des faits évidents. Le seul moyen de la classification des faits évidents est leur démarcation selon le caractère du lien avec le fait cherché sur direct et indirect. Comme nous avons établi, les preuves sont avant tout les faits eux-mêmes de la réalité objective. Entre ces faits, que la cour a établi déjà, et ceux qui il faut encore établir, il y a des liens définis. Dans uns cas du lien ont le caractère univoque, et alors nous avons affaire à l'évidence immédiate. Dans d'autres cas le caractère du lien est polysémantique, et c'est pour cela que la preuve est indirecte. Si en matière de de la paternité le défendeur se réfère à ce qu'il dans le courant des années avec la mère de l'enfant, le fait de son absence est l'évidence immédiate de l'exception de la paternité. Entre ces faits il y avoir être seulement un lien, et elle a le caractère négatif : un fait exclut l'autre.